loading
Fra
Fra
Fermez
Chercher dans le site
Au cœur de l’atelier de création
où nous concevons la lumière

L’Entreprise

À tous les curieux,
aux intransigeants,
à ceux croient en la beauté,
à ceux qui ont choisi d’emporter leur maison
là où leur intuition les emmène,
à ceux qui tombent amoureux tous les jours,

 

Slamp dédie des lampes décoratives tout en saisissant les stimuli les plus modernes, en puisant dans la nature, dans les merveilles architecturales et de couture, et dans les tendances artistiques, pour les transformer en objets lumineux, suggestifs et polyvalents, grâce à l’emploi de matériaux de nouvelle génération et à une habileté manuelle toute particulière pour l’assemblage d’éléments.

Les collaborations, les distinctions et les moments les plus marquants de l’histoire de la marque depuis 1994.

2017
La collaboration avec Montblanc
En collaboration avec Montblanc, naissance d’Overlay, la lampe idéale pour l’écriture
Puisant dans leur idée commune selon laquelle la beauté d’un objet et sa capacité à générer tacitement une atmosphère sans être envahissante peuvent favoriser l’inspiration et stimuler la créativité, Slamp et Montblanc scellent leur première union. Ainsi naît Overlay, la « lampe d’écriture parfaite », signée par le duo italien Analogia Project : une lampe de bureau conçue pour s’assortir au stylo emblématique de Montblanc, Meisterstück Le Grand. La collection est présentée en avant-première mondiale dans la boutique milanaise de la marque de luxe, via Monte Napoleone, pendant le Fuori Salone et, parallèlement, dans l’espace d’exposition de Slamp à Euroluce.  
a
2017
Light of Other Worlds
Light of Other Worlds et The Experience of light : de la représentation à la table ronde
Dans la continuité de la relation artistique et intellectuelle qui unit depuis 2016 Slamp et Robert Wilson, celui-ci se voit confier le projet d’ameublement de l’espace d’exposition à l’occasion d’Euroluce, la biennale de l’éclairage d’intérieur au Salon du Meuble de Milan. Avec l’œil théâtral de Wilson, cette manifestation à portée commerciale se transforme en une représentation artistique absolue intitulée « Light of Other Worlds », où design, musique et perspectives architecturales fusionnent pour offrir au spectateur un espace chaleureux et discret, lumineux et intime. Dans cet espace d’exposition – où apparaît pour la première fois, entre autres, Cordoda, la collection signée Daniel Libeskind – est organisée une table ronde intitulée « The Experience of Light in Art, Design et Architecture » à laquelle Wilson en personne, parmi tous les designers impliqués dans le nouveau lancement de produits, intervient sur le rôle et la signification de la lumière dans l’art, le design et l’architecture. Pour animer le débat, Tony Chambers, directeur du magazine anglais Wallpaper, qui définit cette table ronde comme « la plus extraordinaire et au parterre le plus élevé que nous ayons animée de toute notre carrière ».
a
2017
Le retour du Slamp Tube
Le retour du Slamp Tube : l’ôdedu Studio Job au chef d’œuvre des années 90
Près d’un quart de siècle après la naissance du Slamp Tube, la lampe des origines entrée de plein droit dans l’iconographie du design des année 90, le duo d’artistes Job Smeets et Nynke Tynageldu Studio Job, est choisi pour écrire un nouveau chapitre de l’histoire du chef d’œuvre de Slamp. Avec une grammaire iconographique de dérivation dadaïste, le Studio Job dessine une collection de 7 décors narrant la poésie, l’aura, l’histoire et l’audace décorative de l’icône de la marque. La collection « The Lightning Archives of Studio Job » est lancée pendant le Salon du Meuble de Milan dans l’espace de Slamp à Euroluce et dans la galerie de la mondialement influente Rossana Orlandi.
a
2016
Les Jeux olympiques de Rio
Les Jeux Olympiques de Rio : Slamp représente le Made in Italy au pays de la carioca
Dans le parcours d’internationalisation du design de Slamp, notons la participation de Slamp à Casa Italia, le site à couper le souffle qui, pendant les Jeux Olympiques de Rio de Janeiro et en présence du Président du Conseil des Ministres, Matteo Renzi, et des organismes  institutionnels italiens, accueille les interviews des sportifs italiens et tous les événements de représentations les concernant. Chantal, La Lollo et Mille Bolle, signées respectivement par Doriana et Massimiliano Fuksas, Lorenza Bozzoli et Adriano Rachele, sont les collections qui, en équilibre entre virtuosités architecturale et couturière, nouvelles tendances artistiques et matériaux de dernière génération, sont choisies par les responsables pour représenter l’artisanat italien au pays de la carioca.
a
2016
Le Museum d’Art de Philadelphie
Les lampes Flora dans la collection permanente du Philadelphia Museum of Art
À l’occasion de l’exposition exclusive « Design Currents », le Philadelphia Museum of Art célèbre le personnage et l’œuvre du designer brésilien Zanini De Zanine, élu Designer de l’année 2015 par Maison et Objets Americas. La collection Flora, qu’il signe pour Slamp en 2013, est intégrée à l’exposition pour souligner l’habileté de De Zanine dans l’utilisation de techniques artisanales et industrielles pour créer des objets fonctionnels et profondément expressifs. Aujourd’hui, cette lampe – dans ses versions suspension et de terre – fait partie de la collection permanente du Musée.
a
2016
Robert Wilson
De l’architecture au Théâtre : la collaboration avec le dramaturge Robert Wilson
Outre le design et l’architecture, l’art a toujours été un autre pilier de la philosophie d’entreprise de Slamp. Toutefois, depuis 1994, la scène d’un théâtre avait été franchie pour explorer le monde de la dramaturgie ; c’est à compter de la rencontre quasi mystique avec Robert Wilson – défini par le New York Times comme l’artiste de théâtre le plus avant-gardiste au monde – que commence non seulement une nouvelle collaboration pour Slamp, mais un véritable chapitre de l’histoire de l’entreprise. Wilson réalise pour Slamp une sculpture lumineuse – La Traviata – inspirée de l’œuvre homonyme de Verdi et mise en scène par lui-même à Linz en 2015. Le processus de lancement de La Traviata – dont le slogan est « Without Light There is No Space » – est mis en place en parallèle d’une œuvre théâtrale faisant partie d’une tournée : elle voyage du Fuori Salone de Milan (au Musée de La Triennale et au Wallpaper Handmade) aux caves du Chianti (intégrée au programme Art of The Treasures Hunt), en passant par les Hamptons pour la Summer Auction de The Watermill Center (où 6 prototypes sont vendus aux enchères par Simon de Pury et les 120 000 $ obtenus reversés aux jeunes talents du centre d’arts), par Berlin pour le 75ème anniversaire de Wilson, par le Théâtre de la Ville de Paris et par le Musée de l’Acropole d’Athènes.
a
2015
La Triennale de Milan
Entre artistes, superstars et musées, Slamp confirme sa transversalité
Pour preuve de l’implacable dynamisme qui la caractérise et de sa capacité à dialoguer avec un public diversifié, Slamp confirme son influence en 2015 au grand public. En quelques mois, avec la contribution de Jacopo Foggini – artiste qui hypnotise avec ses créations scénographique en polycarbonate – les portes du Teatro dell’Arte de la Triennale de Milan s’ouvrent à elle. Un majestueux chandelier de 4 mètres de diamètre, d’une seule pièce, est réalisé pour intégrer le projet de restructuration de ce théâtre historique conçu par Giovanni Muzio dans les années 30 pour devenir son chef d’œuvre permanent. Dans le même temps, sur la scène d’Euroluce – biennale de l’éclairage d’intérieur au Salon du Meuble –, la capacité de dialogue de Slamp avec les superstars est confirmée : la collection de Hadid se développe en finitions et en dimensions, la collaboration avec Doriana et Massimiliano Fuksas se révèle dans toute sa splendeur à travers la création de Chantal et Charlotte, architectures lumineuses dont la trame laborieuse semble volée au monde naturel.
a
2014
Culture first!
Des Katalogos à The Moodboarders Magazine : Culture First!
L’héritage culturel laissé par les Katalogos des années 90 ajouté au ritualisme spasmodique de Slamp dans le partage de sa devise Culture First! germent dans la volonté de deux jeunes du Service Créatif de donner vie à un nouveau projet éditorial. Celui-ci implique Cristina Morozzi – reconnues mondialement pour son influence en matière de critique de design –, Luca Mazza – futur Directeur Créatif – et Erika Martino – Relations Extérieurs – qui donnent le jour à The Moodboarders Magazine : revue bimensuelle en ligne, dénicheur de tendances et de créativité dans le domaine de la mode, du design, de l’architecture et de l’art, un œil rivé sur le monde du projet décliné sous toutes ses formes. Un an plus tard, après avoir attiré l’attention du groupe éditorial Rizzoli, les contenus des 24 premiers numéros sont sélectionnés pour une première édition papier, un volume de 335 pages distribué dans toutes les librairies d’Italie.
a
2013
Zaha Hadid
Zaha Hadid : les superstars dialoguent avec Slamp
Le besoin de contamination, d’ouverture vers des horizons plus grands et hétérogènes, la volonté de repousser ses limites au-delà des frontières du design, tout cela conduit Slamp à ouvrir un dialogue avec Zaha Hadid, architecte chef de file du courant déconstructeur, récompensé par le Pritzker Price en 2004 et classé parmi les 100 personnalités les plus influentes du monde selon le TIME en 2010. Dans le journal de projet de Nigel Coates de cette époque, on peut lire : « 1er mai 2012 : je me rends pour la première fois au bureau de Zaha (à l’occasion de sa fête d’anniversaire). Une atmosphère monastique de concentration silencieuse y règne. Dans la pièce, tout le monde suit ses directives. Elle donne son feu vert. C’est parti ! » En moins d’un an, du processus de recherche mené à 6 mains entre le studio de Hadid à Londres, l’équipe de Slamp à Rome et le regard critique de Coates, naissent les deux collections Aria et Avia, présentée pour la première fois au Salon du Meuble de Milan en 2013. Là, lors d’une de ses dernières apparitions publiques, Zaha Hadid visite à pas prudents l’exposition et confirme sa volonté de poursuivre sa collaboration avec une entreprise aussi dynamique, fluide et surprenante que Slamp. Cette même année, les chandeliers, marqueurs fondamentaux du processus de recherche et de développement de la marque de par la nouvelle technique de coupe de l’Opaflex®, sont exposés au Danish Architecture Center de Copenhagen, à la Tokyo Opera City Art Gallery et au Dongdaemun Design Museum de Séoul.
a
2010
Le 1er Red Hot Design Award
L’attention aux jeunes talents : Adriano Rachele e le 1er Red Hot Design Award
Dans le cadre du processus de création pour renouveler le positionnement de la marque, une attention particulière est portée à la formation d’un nouveau groupe créatif plus jeune. Les talents dénichés dans les rangs de l’académie de design et de l’université sont interceptés par la vision de Ziliani (PDG de Slamp) et bénéficient d’une rigoureuse formation technique, culturelle et relationnelle. Parmi eux, un nom ressort : celui d’Adriano Rachele qui, en 2009, à seulement 25 ans, signe la collection Veli, récompensée l’année suivante par les Red Dot Design Awards. Pour recevoir ce prix à Essen, le jeune designer et le PDG de Slamp sont accompagnés de Luca Mazza, futur Directeur Créatif de la marque.
a
2009
Le système de valeurs
Euroluce: une prestation dynamique guidée par un nouveau système de valeurs
Sous la Direction artistique de Coates et grâce à l’ouverture d’esprit de Ziliani, l’acclamation de la maturité stylistique de Slamp arrive en 2009 avec la participation à Euroluce (biennale de l’éclairage d’intérieur au Salon du Meuble de Milan). La marque se présente avec une nouvelle casquette, un parcours narratif soigné et riche en détails, une nouvelle image coordonnée, un système de valeurs redessiné, un portefeuille de produits innovants et contemporains. Présentées sous une tente de velours noir circulaire, les collections Cactus, Aurora, Crazy Diamond et Goccia sont les protagonistes de montagnes russes souples et sinueuses qui suggèrent au spectateur de s’approcher du rideau et de s’aventurer à l’intérieur.
a
2006–2009
L’évolution stylistique
L’évolution stylistique : du Swarovski Crystal Palace à la Direction artistique de Nigel Coates
C’est lors d’une rencontre prolifique entre Roberti Ziliani – fondateur de Slamp – et Fiona Swarovski – designer d’intérieur et héritière de la famille suisse homonyme – que se définit la participation de la marque au Swarovski Crystal Palace de 2006, ce projet ambitieux qui célèbre la riche tradition du chandelier en le réinterprétant à travers l’utilisation du cristal Swarovski. Le concepteur chargé de collaborer avec Slamp pour la naissance d’un chandelier en méthacrylate et cristal – le célèbre et révolutionnaire Gina – n’est autre que Nigel Coates, architecte et designer britannique, alors Chef du Département d’Architecture du Royal College of Art de Londres. Avec Gina, Slamp explore la tridimensionnalité offerte par l’utilisation insolite de ses technopolymères. Avec Slampville – la première collection à caractère industriel signée par Nigel Coates sur la base du nouveau système d’utilisation des matériaux – naissent les best-sellers Medusa, Ginetta et Fiorella, qui ancrent définitivement l’évolution stylistique de Slamp dans le segment de l’éclairage décoratif d’intérieur.
a
2000–2005
La forme totémique
Les contaminations entre matériaux et l’évolution de la forme totémique
À la suite de l’affirmation sur la scène internationale du Tube, Slamp forme le souhait de canaliser son énergie créative dans la production de formes plus dynamique qui, fidèles à l’idée originale d’un design totémique, autonome, léger et au corps lumineux homogène du ciel à la terre, puissent amener la lumière dans les intérieurs les plus classiques ou contemporains sans renoncer à l’état d’esprit cool et accessible des premières années. Naissent alors les collections Bach – statuaires et élégantes –, Diamond – un dialogue avec la géométrie à la Brancusi – et Bali, à la touche sensuelle et féminine. Ces mêmes années, on expérimente la coexistence des technopolymères brevetés avec les matériaux de la tradition manufacturière italienne, comme le cuir dans White Bamboo et le cristal dans Topkapi.
a
1997–1998
Les Katalogos
Les Katalogos : mi-catalogue, mi-essais littéraires
Depuis ses toutes premières années, l’identité de la marque Slamp se caractérise par le désir d’accompagner le produit, en tant qu’objet d’éclairage, d’un projet culturel à grande portée, dans lequel cinéma, art, scénographie et poésie deviennent sources d’inspiration et matériel d’un design anti-conventionnel dans l’âme. Pour transférer cette image de soi et de sa production d’objets d’ameublement, Slamp utilise les Katalogos, ces « catalogues non-catalogues ». L’idée nait de la créativité polyèdre de François Zille – anthropologue visuel et ingénieur du langage –, d’Almerico De Angelis – alors Directeur de Modo – et de Walter Garro – designer graphique du Studio Alchimia. À eux trois, ils créent un « magazine » qui intègre les lampes dans un exercice d’écriture plus articulé aux accents ironiques, dans lequel l’aphorisme devient le principal véhicule du message. Des recueils riches en idées qui allient fonction commerciale et expérience.
a
1996
Alessandro Mendini
Alessandro Mendini et la collection Atelier
La proximité intellectuelle avec l’architecte de renommé mondiale Alessandro Mendini – porte-parole du design radical italien dans le monde, deux fois Compasso d’Oro et directeur des 3 journaux d’architecture les plus reconnus d’Italie (Modo, Domus et Casabella) – conduit Slamp à signer avec lui une nouvelle collection de 13 Slamp Tubes. Avec la collaboration de designer et d’artistes internationaux comme Aldo Cibic, Anna Gili, Sanchita Ajjampur, Watler Garro et Nanae Umeda, Alessandro Mendini crée la collection Atelier. Des lampes à l’âme pop et cool, cohérentes avec les tendances de l’affichage et du graffiti des années 90, dont Mendini lui-même, à l’époque Directeur artistique de Swatch, est un observateur attentif.
a
1994
"Arte" Collection
Naissance de Slamp et lancement de la collection Arte
Pour ses débuts sur la scène internationale, Slamp confie à Cristina Cini di Pianzano, Luciano Ghelli et Aldo Marchetti la première collection de Slamp Tube, baptisée « Arte ». La proximité de la marque avec le monde de l’art est une constante qui se retrouvera dans de nombreuses collaborations et productions au cours des années suivantes. Les concepts d’unité, de contemporanéité et de décoration du Slamp Tube s’affirment instantanément pour que la marque soit immédiatement reconnaissable dans l’univers du design international.
a
1992
Les Débuts
L’idée révolutionnaire de Roberto Ziliani : le Slamp Tube et l’Opalflex®
Après dix ans d’expérience en tant que scénographe pour les marques de haute couture italiennes et en tant que consultant en communication, Roberto Ziliani développe un produit de design accessible et cool qui révolutionne le concept d’éclairage décoratif. « Quand j’ai fondé SLAMP, raconte M. Ziliani, mon objectif était de créer quelque chose de vraiment nouveau dans le paysage du design italien : une réalité proposant des lampes de qualité et alliant le soin quasi artisanal à l’excellence de la production industrielle. » Pour conjuguer l’exigence d’innovation à celle d’un objet suggestif, accessible et modulable, Ziliani conçoit le Slamp Tube, une lampe de forme cylindrique constituée de deux plaque d’Opalflex®, matériau breveté hautement flexible et totalement incassable, obtenu à partir d’un mélange de technopolymères et de cristaux de verre, incurvées et fixées aux bords, pouvant servir à n’importe quel cadre de design graphique contemporain.
a